Village vacances Bretagne sud - location gite Morbihan : Les Gabelous - Arzal
Vous êtes ici : Accueil | Découverte de la région | Le Barrage d'Arzal

Le Barrage d'Arzal

LE BARRAGE

Le barrage a été construit entre 1965 et 1970 par l’institut interdépartemental d’aménagement de la Vilaine afin de mieux contenir les crues de la Vilaine, ainsi que les effets des grandes marées, l’océan n’étant distant que de 8 km. Sa longueur de 85 mètres permet une retenue d’eau de 55 millions de mètres cubes. Cette réserve d’eau douce, traitée à Férel approvisionne une grande partie de la région.

Le barrage a permis le développement du tourisme : le port accueille près de 1500 bateaux de plaisance en amont du barrage. Le barrage possède également une passe à poissons permettant la remontée de nombreuses espèces de poissons migrateurs : une large vitre permet d’apprécier directement leur passage. Tout au long du site, une promenade a été aménagée avec des panneaux techniques d’explications du barrage.

L’écluse permet le passage des bateaux vers l’océan et inversement. A la fois maritime et fluvial, escale charnière entre la mer et les canaux bretons, le barrage d’Arzal offre un site très abrité pour un port de plaisance de 1500 places sur l’eau. Le tourisme lié directement au fleuve s’est développé depuis la construction du barrage : spectacle très apprécié du passage de l’écluse et de la pêche à la civelle l’hiver, visite de la passe à poissons, école de voile, pêche, panneaux d’interprétation, chantiers navals, loisirs …

 

LA VILAINE

A Arzal, la Vilaine, fleuve de 225 km de long qui arrose 5 départements depuis la Mayenne n’a plus que quelques kilomètres à faire avant de se jeter dans l’océan Atlantique. Mais c’est à Arzal que son cours s’arrête avec le barrage écluse.

La « Visnonia » latine, rivière aux eaux de rouille, francisée en «Visnaine » puis « Vilaigne » est aujourd’hui la « Vilaine ». Le territoire de la commune d’Arzal est bordé sur plus de 6 km par la Vilaine. Des légendes tenaces ont fleuri à ce sujet, mêlant les larmes d’Anne de Bretagne se plaignant des méprisants chevaliers français « qui m’ont appelé vilaine ».

A Vieille Roche, à l’embouchure de la Vilaine, les vues superbes ont de tout temps attiré nobles et bourgeois qui y ont édifié leurs résidences. Il s’y trouve de jolies maisons anciennes, deux manoirs dont l’un est appelé la Caserne car il servit un temps de caserne de douaniers, d’anciens corps de ferme et les restes d’un vaste magasin de stockage des denrées embarquées et débarquées actuellement en ruine.